Titre de la page

Gouvernance d’entreprise et création de valeur : Analyse

La première réponse à la question « une bonne gouvernance d’entreprise permet-elle de créer de la valeur ? » est apportée par un sondage réalisé par McKinsey auprès d’investisseurs institutionnels (Banques, Assurances, Fonds de pension, OPCVM …).

Ceux-ci s’étaient déclarés prêts à payer plus cher les actions d’une entreprise avec un bon système de gouvernance d’entreprise. La prime est significative pour les pays émergents (30% en Europe de l’Est ou en Afrique) et modeste pour les pays où l’environnement juridique offre déjà une bonne garantie aux investisseurs (12-14% en Europe et en Amérique du Nord).

Les résultats montrent qu’une bonne gouvernance d’entreprise permet effectivement de créer de la valeur. Ainsi, R. Bauer, N. Guenster et R. Otten ont démontré que les performances boursières des groupes cotés de l’indice FTSE 300 présentant une bonne notation en termes de gouvernance d’entreprise étaient sensiblement meilleures que celles des groupes ayant une « mauvaise » gouvernance. Ces résultats sont cohérents avec ceux mis en avant pour les sociétés américaines par P. Gompers.

Plus généralement, R. Anderson et R. Reeb pour les Etats, P. Harbula pour la France ont pu montrer que les performances financières des sociétés ayant un actionnaire de référence sont meilleures que la moyenne. Mais les sociétés qui se comportent le mieux sont celles qui ont un actionnaire important et également une part significative du capital flottant. Ceci pourrait paraître contre-intuitif dans la mesure où les sociétés familiales sont généralement moins transparentes et se soumettent moins volontiers aux règles de la gouvernance d’entreprise.

A l’inverse, il y a une forte motivation de l’actionnaire majoritaire ou prédominant à faire réussir l’entreprise qui représente son outil de travail.

On atteint alors les limites de la systématisation de la gouvernance d’entreprise, même si le respect d’un certain nombre de règles finalement banales et pleines de bons sens permet d’éviter, les comportements déviants des dirigeants et le mauvais traitement des actionnaires minoritaires.

Les travaux de recherche nous montrent que le meilleur gage d’une création de valeur pour un actionnaire est la forte motivation de l’équipe dirigeante, plutôt qu’une gouvernance d’entreprise irréprochable. Si on a les deux à la fois tant mieux, mais ne nous trompons pas de priorité.

Enfin, mentionnons que les travaux de recherche se focalisent pour la plupart sur la corrélation entre la bonne gouvernance d’entreprise et la bonne valorisation. Peu de travaux ont pu démontrer qu’il existait une vraie corrélation entre gouvernance et performance financière de l’entreprise sur le long terme. A contrario, personne ne démontre que la gouvernance d’entreprise nuit aux performances financières.

Pierre Vernimmen